• Chers tous,

    J'ai créé  ce blog il y a maintenant plus de 18 mois, entre deux emplois. Quand j'ai pris mes fonctions dans mon nouveau poste, en février 2014, j'ai tout fait pour continuer à ajouter du contenu, chercher de nouvelles infos.

    La fin d'un cycle ...Après 5 ans salariée d'agences d'architecture, et après m'être frottée de près aux joies de l'indépendance via l'organisation de journées thématiques Cercle Assist'Pro, c'est à mon tour de sauter dans le vide.

    Voilà ; j'ai choisi de quitter mon confort et ma routine pour devenir assistante indépendante. Vendredi soir sonnera la fin d'un cycle, et le début d'une nouvelle aventure ...

    Mais je ne vous oublie pas : bien que je ne sois plus salariée, ce blog continue !
    Et je compte sur vous pour continuer à échanger avec moi vos infos "de l'intérieur" dans les commentaires ou sur contact@assistantedarchitecte.fr .

    À très vite !!!

    Hélène


    Évidemment, si vous connaissez des personnes susceptibles d'être intéressées par mes services …n'hésitez pas !

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Actualité publiée sur le site de l'Ordre des architectes. Version originale ici.

    Le décret n°2015-806 du 3 juillet 2015 a créé une aide financière de 4000 € dédiée aux très petites entreprises (TPE) qui embauchent leur premier salarié. Cette mesure est entrée vigueur depuis le 5 juillet 2015.

    Concrètement, cette aide s’adresse aux sociétés d’architectures de moins de 20 salariés et aux architectes exerçant à titre individuel en libéral.

    L’aide à l’embauche sera accordée si l’entreprise individuelle libérale / la société d’architecture remplit les conditions cumulatives ci-dessous :

    ·  Elle ne doit pas détenir plus de 10% du capital d’une autre société (d’architecture ou non) et inversement, une autre société (d’architecture ou non) ne doit pas détenir plus de 10 % de son capital. C’est-à-dire qu’elle ne doit pas appartenir ou constituer un groupe ou un groupe d'entreprises de dimension communautaire (au sens des articles L2331-1, L2341-1 et L2341-2 du code du travail)

    · Elle doit embaucher son premier salarié en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD) de plus de 12 mois ;

    · La date d'effet du contrat doit être est comprise entre le 9 juin 2015 et le 8 juin 2016 ;

    · Il doit s’agir d'une première embauche, c’est-à-dire que la société ne doit pas avoir été liée, dans les 12 mois précédant l'embauche du salarié, à un salarié par un contrat de travail poursuivi au-delà de la période d'essai.

    Cependant, la société d’architecture reste éligible à l'aide, au titre d'un nouveau contrat de travail, lorsqu'un premier contrat de travail conclu pour une date d'effet comprise entre le 9 juin 2015 et le 8 juin 2016 est rompu pour motif de : 

    Création d'une aide à l'embauche pour le premier salarié d’une très petite entreprise-  rupture de la période d'essai ;
    -  retraite ;
    -  démission ;
    -  licenciement pour faute grave ;
    -  licenciement pour faute lourde ;
    -  licenciement pour inaptitude ou de décès.

    Attention : les particuliers employeurs ne sont pas éligibles à cette aide.

    Le montant de l'aide financière est de 4000 € sur 2 ans, elle est versée tous les 3 mois, à raison de 500 € maximum. Le montant de l'aide est proratisé en fonction de la durée du contrat du salarié.

    Pour pouvoir bénéficier de l’aide: vous devez adresser votre demande à l'Agence de services et de paiement, dans un délai maximal de 6 mois suivant la date de début d'exécution du contrat.

    L'aide est versée, à l’échéance de chaque trimestre, si l’employeur fourni une attestation justifiant de la présence du salarié. Dans le cas contraire, si l'employeur ne produit pas dans le délai d'un mois les documents permettant de contrôler l'exactitude de ses déclarations, le versement de l’aide est interrompu.

    NB : Cette aide ne peut se cumuler avec aucune autre aide de l'Etat à l'insertion, à l'accès ou au retour à l'emploi versée au titre du même salarié.
     
    Téléchargez votre formulaire de demande d’aide à l’embauche à l’adresse suivante : http://www.emploi.gouv.fr/premiersalarie/pdf/PE-0885-0715_saisissable.pdf

    Pour consulter le décret dans son intégralité:
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030837165&dateTexte=&categorieLien=id

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Vous connaissiez peut-être le Carrefour des Assistantes, salon professionnel se tenant chaque année en septembre au Carrousel du Louvre?

    Un salon pro spécial assistantesLes 17 et 18 septembre prochains, nouvelle édition et nouveau nom : le Salon Activ'Assistante.
    N'hésitez pas à vous inscrire, c'est 100 % gratuit ! Profitez de ces deux jours avec ateliers et conférences (voir programme sur site).

    Vous pourrez également y rencontrer l'association Cercle Assist'Pro que j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer plusieurs fois.

    Un regret pour ma part : l'absence des Éditions Dunod, dont j'avais apprécié le stand et le grand choix de livre pros.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Réinventer les concoursPour certains, ce long week-end aura été l’occasion de fêter leur sélection pour le dernier tour de Réinventer Paris. Pour d’autres, malheureusement, c’est la fin d’une aventure hors normes (372 équipes, 75 retenues).

    Amis perdants, que d’énergie et d’argent dépensés… sans compensation ! Maquettes, films, perspectives et autres frais engagés… sans parler des architectes (salariés, CDD, stagiaires, …) qui ont mouillé leur chemise.

    La Ville de Paris, quant à elle, gagne sur tous les tableaux. Cet appel à projets lui donne une visibilité internationale et lui permet d’acquérir une aura de ville innovante, incubateur de nouvelles idées.
    Le tout sans débourser un seul euro de prime pour les équipes ayant rendu des projets aboutis. 

    Que penser, d'ailleurs, de cette annonce d'une agence qui recrutait "10 stagiaires pour workshop intensif, créatif et prospectif d'un mois (10 avril-10 mai) dans le cadre du concours réinventer.paris" ?
    Si ce type de "concours" se généralise, ne verrons-nous pas fleurir des "workshops intensifs" (quelle belle expression cache-misère !) avant chaque rendu ? Certains diront que c'est une belle opportunité pour des étudiants de travailler sur de tels projets. Pas faux. Mais je serais surprise que ces stages courts soit rémunérés !

    J'ai l'impression qu'on réinvente à toutes les sauces, ces derniers temps.
    Ça laisse songeur ...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comme chaque 1er juillet, quelques changements sont intervenus.

    Le TESE, initialement pour les entreprises de 9 salariés au plus, a été élargie à celles de moins de 20 salariés.

    Modification du taux de la cotisation versement de transports (entreprises de plus de 9 salariés, situées en IDF et régions listées ici)

    Plus d'infos sur les sites de Tissot et du Service Public.

    Autre mesure à prendre en compte, la modification du taux d'intérêt légal pour le 2ème semestre. Je reproduis ci-dessous l'article paru le 29 juin sur le site de l'Ordre des architectes :

    Taux légal du second semestre 2015 pour le calcul des intérêts moratoires

    Pour la liquidation des intérêts moratoires, le taux à prendre en compte est le taux en vigueur à la date à laquelle les intérêts moratoires ont commencé à courir : un seul taux s’applique, pour toute la durée du marché.


    A. Pour les marchés privés

    L’arrêté relatif à la fixation du taux d’intérêt légal pour le calcul des intérêts moratoires du second semestre de l’année 2015 a été publié au journal officiel du 28 juin 2015. Ces dispositions sont applicables pour le 2nd semestre, c’est-à-dire à compter du le 1er juillet 2015 et jusqu’au 31 décembre 2015.

    Pour rappel, la méthode de calcul du taux d'intérêt légal a été réformée par une ordonnance du 20 août 2014 afin qu'il soit plus représentatif du coût de refinancement de celui à qui l'argent est dû et de l'évolution de la situation économique.

    Depuis le 1er janvier 2015, il existe ainsi deux taux de l'intérêt légal, révisables en janvier et en juillet de chaque année, à la place d'un taux annuel unique.

    Le premier taux concerne les personnes physiques, il est applicable aux créances dues à ces dernières n'agissant pas pour des besoins professionnels. Il est calculé sur la base des taux effectifs moyens de crédits consentis aux particuliers. 

    ·         Il était de 4,06 % pour le 1er semestre 2015
    ·         Il est fixé à  4,29 %pour le 2nd semestre 2015

    Le second taux, concerne les professionnels à qui des particuliers ou des professionnels doivent de l’argent. Il est donc applicable aux architectes dans le cadre de leurs relations contractuelles. Ce taux est calculé sur le taux de refinancement des sociétés non financières. 

    ·         Il était de 0,93 % pour le 1er semestre 2015
    ·         Il est fixé à 0,99 % pour le 2nd semestre 2015

    Les nouveautés de juillet ...Ce taux de l'intérêt légal est utilisé pour le calcul d'intérêts moratoires et d'intérêts créditeurs ; il est également appliqué en l'absence de stipulations conventionnelles, pour le calcul des intérêts moratoires en cas de retard dans le paiement d'une dette ; en outre, conformément à l'article L. 313-3 du code monétaire et financier, il s'apprécie avec une majoration de cinq points en cas de condamnation par une décision de justice.

    Arrêté du 23 décembre 2014 relatif à la fixation du taux de l'intérêt légal pour le premier semestre 2015

    Arrêté du 24 juin 2015 relatif à la fixation du taux de l'intérêt légal pour le second semestre de l'année 2015


    B. Pour les marchés publics

    Conformément à l’Article 8 du Décret n° 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande publique le taux des intérêts moratoires applicable est celui de la Banque centrale européenne (lequel est de 0,05% pour 2015) majoré de huit points de pourcentage soit 8,05 % à compter du 1er janvier 2015 et jusqu’au 31 décembre de la même année.

    Ce taux s’appliquent à l’ensemble des pouvoirs adjudicateurs y compris lorsqu’ils agissent en qualité d’entité adjudicatrice et à l’ensemble des contrats de la commande publique, il concerne donc :

    · les pouvoirs adjudicateurs soumis au code des marchés publics (l’Etat et ses établissements publics autres que ceux ayant un caractère industriel et commercial, les collectivités territoriales et les établissements publics locaux) ;

    · les pouvoirs adjudicateurs soumis à l’ordonnance n°2005-649 du 6 juin 2005 aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics (ex : établissements publics à caractère industriel et commercial de l’Etat  groupements d’intérêt public, sociétés d’économie mixte locales, sociétés publiques locales, sociétés publiques locales d’aménagement, offices publics de l’habitat, sociétés anonymes d’HLM, …)

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires