• Lors du Goûter des architectes entreprenants #2 de samedi, Patrick JULIEN (délégué général UNSFA) est intervenu pour présenter la nouvelle grille de classification.
    Autant dire que celle-ci a déjà soulevé beaucoup de questions parmi les participants!

    Quelques petites choses à savoir :

    Nouvelle grille - PrécisionsSi celle-ci entre bien en vigueur au 1er juin, les entreprises disposent d'un délai de 6 mois pour l'appliquer à leurs salariés. elles devront donc avoir fait le nécessaire avant le 1 décembre prochain.

    Cette nouvelle disposition ne nécessite pas la production d'un avenant aux contrats des salariés. Une simple lettre leur notifiant leur nouveau coefficient ainsi que le nouvel intitulé de leur poste pourra leur être remise contre signature.

    Des "référentiels d'emploi", ou plus simplement fiches de poste types ont été élaborées pour certains des postes de la nouvelle grille (j'espère n'en avoir oublié aucun) :


    Malheureusement, tous les emplois ne sont pas encore représentés...
    Que pensez-vous de ces fiches et de la nouvelle grille ?

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  • Le texte suivant est extrait du site Branche Architecture :

    Suite à sa publication au Journal Officiel, la nouvelle grille de classification entre en vigueur le 1er juin 2016.

    La nouvelle grille  concerne 35 000 salarié·e·s et 9 000 entreprises. Applicable au 1er juin, chaque employeur aura jusqu’au 30 novembre 2016 pour mettre à jour la classification de ses salarié·e·s.

    La grille actuellement en vigueur est  issue de la convention collective des entreprises d’architecture du 27 février 2003. Elle a été modifiée suite à la signature d’un avenant en date du 17 septembre 2015 entre les différentes organisations composant la branche. 

    La nouvelle Grille de classification comporte un classement hiérarchique des 42 emplois existants dans la Branche.

    A cet effet, la nouvelle grille comporte cinq filières :

    1. Emplois de conception en architecture
    2. Emplois de conception technique (ingénierie, économie…)
    3. Emplois de conception spécialisée  (urbanisme, architecture intérieure, paysage, conception scénographique, design…)
    4. Administration et gestion (administration, gestion, relations clients…)
    5. Entretien et maintenance (technique, informatique…)

    Chaque filière est divisée en catégories d’emploi, qui comporte un ou deux niveaux et trois coefficients par niveau.


     

    Les textes de référence :

    Arrêté relatif à l’avenant du 17 septembre 2015 paru au Journal Officiel

    Télécharger « Avenant_17092015_NouvelleGrilleClassification.pdf »


     

    En bref :

    On ne peut que se féliciter de ce changement, car il prend enfin en compte les différents types de postes possibles au sein d'une agence d'architecture, les regroupant en 5 filières :

    • Conception en architecture
    • Conception technique
    • Conception spécialisée
    • Administration et gestion
    • Entretien et maintenance

    Petite surprise : je ne trouve aucune mention de la compétence appels d'offres, poste pourtant très répandu ... Est-ce englobé dans l'intitulé "gestion commerciale" du directeur administratif ?

    Convention collective : nouvelle grille de classification au 1/06Quant aux "typologies d'emploi" énumérées, je constate à regret que nombre de tâches effectuées par les assistantes sont rattachées à des postes identifiés comme "chargé d'administration", "directeur administratif" et "directeur général", dont les coefficients sont bien supérieurs.
    Or, nous savons bien qu'aujourd'hui les assistantes sont généralement très polyvalentes et s'occupent aussi bien de la gestion que des ressources humaines etc., occupant ce qu'on appelle de plus en plus couramment les fonctions d'Office Manager.

    J'ai peur qu'on ne voie refleurir des offres d'emploi de secrétaire / assistante technique pour le recrutement de personnes qu'on souhaite plus qualifiées, mais qu'on paiera et identifiera comme postes inférieurs.
    Dommage que cette grille ne soit pas plus adaptée aux évolutions de notre profession d'assistant(e)... qui soit dit en passant regroupe elle-même quantité de spécialités, je peux comprendre qu'on se sente vite perdu !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Goûter des architectes entreprenants #2Après quelques mois d'absence la Cimenterie organise enfin son deuxième Gouter des Architectes Entreprenants, sur les Ressources Humaines, avec une intervention de Sophie Szpirglas.

    Que vous soyez archi salarié, à votre compte ou assistant(e), venez débattre et poser vos questions !

    Ça se passe à Paris, aux Halles, le samedi 21 de 15h30 à 18h30, l'occasion de se retrouver et d'échanger ensemble je l'espère ?

    Passez le message, venez nombreux. 
    Plus d'infos sur Facebook ici.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Bonjour,

     

    Vous pensiez que nous avions quitté le navire en vous abandonnant lâchement ?

    Que nenni ! Hélène prépare quelques gros articles qui lui prennent énormément de temps (par contre ça va envoyer du lourd cool) et moi, j’étais un peu à court d’idée.

    Cependant, hier soir, je parlais avec des amies, évidemment quasiment toutes assistantes, et nous en sommes venues à parler de l’APRES.

    L’après quoi me direz-vous ?

    Et bien, l’après assistante.

     

     

    Imaginez, ça fait 5, 7, 10 voire 12 ans que vous faîtes ce métier. Vous avez expérimenté plusieurs entreprises déjà. Des domaines variés, allant de la TPE à la grosse PME. Des tâches plus ou moins nombreuses vous ont été confiées. Et là, vous avez trouvé un poste dans lequel vous maîtrisez. Vous vous y sentez bien. Mais vous êtes en début ou milieu de carrière et vous vous dites : « est ce que je vais avoir envie de faire ça toute ma vie ? »

    Ceux et celles qui me connaissent savent que je suis très attachée à ce poste. Et que loin de moi est l’idée de dénigrer les assistantes. Toutefois, et c’est normal, il arrive un moment où on a envie d’évoluer vers autre chose. Dans ces cas-là, qu’elles peuvent être les perspectives d’évolution ?

     

    Les perspectives d’évolutions d’une assistante.

     

    Quand on travaille dans les domaines de la construction, quels qu’ils soient, on se prend au jeu et on se dit qu’on pourrait glisser vers un poste un peu plus technique.

     

    Devenir chef de projet ?

    Souci, avec un bac + 2 dans le domaine de la gestion. Impossible.

    Retourner sur les bancs de l’école, faire une école d’ingénieur en alternance avec l’appui de son boss ?

    Souci, avec un bac + 2 dans le domaine de la gestion. Impossible.

    Petite ouverture si vous avez un Bac S ou un BTS technique. De nombreuses écoles ouvrent leurs portes aux élèves en alternance. Après, il faut s’armer de patience et de courage, mais la décision peut en valoir le coup !

    Faire une VAE ?

    Il faudrait avoir déjà l’expérience d’un chef de projet. Mais pour les 2 raisons précitées, c’est également impossible.

    Donc, à moins d’être dans une structure assez grande pour pouvoir être formée « en interne » par des chefs de projet, l’assistante n’a que peu de chance de devenir chef de projet.

     

    Devenir responsable administratif et financier ?

    C’est envisageable. Et j’imagine pour toutes les catégories d’assistante.

    Évidemment, l’assistante de gestion est privilégiée, parce qu’elle connait déjà le principe de la facturation, des règlements sur le marché public (cf. Facturation et relances sur le marché public), le mode de fonctionnement de la société.

    Elle est également la rotule entre les autres assistantes et la direction ou les techniciens.

    Cependant, si l’appellation est alléchante, la grille de salaire plutôt valorisante toutes les structures n’ont pas besoin d’un RAF (ou DAF).

    En deçà d’une trentaine de salariés, l’assistante de gestion est largement capable de prendre les décisions financières et budgétaires, de gérer les contrats des prestataires, de négocier les honoraires, de gérer les situations pré-bilan et les bilans tout en restant assistante.

    Second « mais », quand ça fait quelques années que tu travailles en binôme avec ton boss, que ça se passe tellement bien que tu réfléchis aux perspectives d’évolution en interne, il y a peu de chance qu’il souhaite se séparer de l’assistante qu’il a trouvée en toi…

     

    Les perspectives d’évolutions d’une assistante.

    Devenir responsable commercial / développeur ?

    C’est possible. J’imagine.

    A conditions d’avoir déjà fait ses preuves en « accrochage de partenaires », d’avoir une prédisposition naturelle au blablatage et de ne pas être trop timide.

    J’imagine qu’il faut également accepter d’avoir une vie personnelle décalée… Puisqu’évidemment, les salons, les dîners, les soirées, c’est en dépit des soirées à la maison.

    Par contre, comme pour le RAF/DAF, il faut que la structure ait un réel besoin… Sinon, vous pouvez très bien passer les coups de fils entre 2 factures ou 3 AO ;)

     

     

    Il n’y a donc qu’entre assistante qu’il paraît assez simple de « muter ».

    Mais, si les postes peuvent être différents et peuvent nous permettre de moins se lasser de l’assistanat à proprement parler, je pense que certaines ambitions ne peuvent être comblées qu’avec ces opportunités.

     

    Votre avis ? Votre retour d’expérience ?

     

     

    A très bientôt J

    Partager via Gmail

    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires