• "De la disponibilité du patron"

    En me demandant de quoi j'allais bien pouvoir vous parler cette semaine, je suis retombée sur ces illustrations préparées il y a de nombreux mois... et toujours aussi criantes de vérité !

    L'occasion d'une nouvelle rubrique, "Humeurs".

    Alors voilà : aujourd'hui on va parler (enfin, surtout moi, mais n'hésitez pas à commenter!) des difficultés de communication dans de nombreuses agences. Vaste sujet. On va se concentrer sur les relations patron/salariés, et ça sera déjà pas mal !

    De ce que j'ai observé et ce qu'on m'a rapporté de l'organisation interne de différentes agences (âge des dirigeants, taille agence etc. variables), un problème revient souvent: la difficulté - aussi bien pour les assistantes que pour les architectes - de faire des points réguliers avec The Big Boss. Au début je pensais que c'était aux salariés (moi incluse) de s'y prendre mieux. Mais le temps passant, il me semble que le problème peut aussi venir du dirigeant.

    Ce n'est jamais le moment pour lui, sauf quand vous êtes charrette sur autre chose, ou en pause déj, ou sur le point de partir.

    Il n'a pas le temps, vous demande de lui envoyer un mail. Qu'il ne lira sûrement pas, noyé entre ses 300 autres mails non lus. Retransférez-lui tous les jours, en rajoutant les avancées dans des couleurs différentes... oui, ça commence à ressembler à un véritable arc-en-ciel ! 
    Il vous pose 10.000 questions mais n'écoute pas les réponses :"tu disais? excuse-moi je faisais autre chose" (certainement une séance d'archéologie dans sa boîte mail).
    Et la liste est loooooooooooooooooooooongue.

    Restez calme. Inspirez, expirez. Souriez.

    Concrètement, que faire ? Malheureusement, je n'ai pas de recette miracle. il faut s'adapter à chaque personnalité. Avec certains, ce sera l'humour. Avec d'autres, un peu de brusquerie ! Je n'ai jamais essayé les larmes, un peu extrême, mais pourquoi pas ?!
    Exprimez clairement votre besoin : quels sujets vous souhaitez aborder, quelle urgence, quelle durée. Sachez reconnaître les oui sincères et les non déguisés. N'attendez rien d'un "on verra plus tard / Je te dirai / blablabla".
    Relancez, prenez les devants ! Mais surtout, n'arrivez pas sans une liste à jour, documents prêts à signer etc. Regroupez vos demandes.

    A toi, Big Boss, si tu me lis et que tu te reconnais dans ces lignes :
    Je sais bien que c'est plus sympa de faire un point projet avec un archi que de parler factures et congés/récup avec ton assistante. Mais ça fait partie du jeu. Et c'est toi qui décides, alors il faut bien transmettre tes directives...
    Je sais bien que tu gères plein de projets, que tu n'as pas le même intérêt pour tous et la même connaissance de tous les dossiers. Mais ça fait partie du jeu. Et c'est toi qui décides, alors il faut bien transmettre tes directives...
    Si tu fais semblant d'écouter ou de t'intéresser à quelque chose, s'il te plaît, sois crédible. C'est vraiment vexant, des fois !
    Ça ne te semble peut-être pas utile, mais tes salariés ont besoin de ces pertes de temps pour confronter leurs idées aux tiennes, obtenir ta validation, etc. Ce sont aussi ces moments qui créent du lien dans une équipe...

    C'est tout pour aujourd'hui !
    En espérant que je ne vous ai pas perdu(e)s en cours de lecture... Je souhaite un long et reposant week-end à celles et ceux qui font le pont cette semaine :)

    N.B. bien évidemment, tous les dirigeants ne cumulent pas tous les défauts décrits. Certains, même, n'ont aucun de ceux-là. Mais il me fallait bien un sujet d'article !!!

    « Le book de références #1La communication interne »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Emeline.
    Mercredi 13 Mai 2015 à 09:12

    Hélène... j'aime, j'adore, j'adhère à ce sujet ! ;)

    Tu touches du doigt la différence en BE et Archi et là, tu me confortes dans l'idée de mon choix.

    Mon big boss (qui est peut-être l'exception confirmant la règle) me réclame ces points qu'il juge trop peu fréquents.

    Pour revenir à ton sujet et à la difficulté de communication que j'ai bien connue dans mes précédentes expériences, je sais que mon big boss ultrapressésjecourstoutletemps a beaucoup apprécié que chaque soir je dépose sur son bureau une liste des points traités, à traiter, à valider, de sorte qu'il pouvait savoir, quand il le décidait, ou nous en étions administrativement parlant.

    Je ne sais pas si ça fait avancer les choses, toujours est il qu'il n'était, de cette façon, pas en mesure de me prendre à défaut sur les sujets brûlants et qu'il était un peu forcé, je l'avoue, de lire mon récap pour se tenir au courant...

    Il annotait parfois et, quand je la récupérais le lendemain pour la mettre à jour, ça me permettait de savoir ce qu'il voulait que je fasse en priorité ou ce qu'il pensait comme réglé de son côté.

    Je pense que la règle d'or reste la prise d'initiative avec ce genre de big boss, quitte à faire des choses qu'il ne pensait pas prioritaire. Il faut se faire confiance et se dire que, si on ressent un manque, si on juge quelque chose important, il faut faire le forcing pour que le sujet soit abordé, quitte à "violer" son temps ! ;) C'est pour ça que nous sommes payées en tant qu'assistante "principale" !

     

    2
    Mercredi 13 Mai 2015 à 10:10

    Bonjour Émeline :)

    Je vois que nous avons les mêmes méthodes... et effectivement, on ne m'a jamais reproché mes "brusqueries"

    Le travail ne se fait pas tout seul !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :