• Le désormais traditionnel "au revoir et à bientôt" de fin juillet ^^

    Il y a presque un an, je vous "racontais ma vie" dans "La fin d'un cycle"... C'est fou comme le temps passe vite !

    Comment certain(e)s d'entre vous le savent, je suis devenue assistante indépendante en septembre ; un choix que je ne regrette pas... Mais des fois, mes collègues me manquent !

    Je suis tombée il y a quelques jours sur ces planches extraites de "J'aurais adoré être ethnologue" de Margaux Motin, assez réalistes :

    Un an plus tard ...

     

    Un an plus tard ...

    Petite dédicace à MC, parce qu'avec toi c'était un peu Noël et les grandes vacances tous les jours (si si, je vous jure qu'on bossait aussi ! et bien, même !) :


    Lil' je ne t'oublie pas non plus, bien évidemment !!!
    Parce qu'on en a "bouffé", des AO ensemble... et des km de conversations Skype ! (D'ailleurs, encore merci pour la fois où tu as eu pitié de moi et es allée me chercher à manger à 15h un jour de grosse charrette ; ce jour-là tu m'as psychologiquement sauvée !!!)

    Bref, je suis toujours là et le blog aussi... alors c'est reparti pour un an !

    Le rythme des publications sera certainement un peu allégé ces prochaines semaines, car je suppose (et j'espère !) que vous serez en vacances.

    Reposez-vous bien, et rendez-vous très vite !

    On vous prépare plein de belles choses pour septembre, et évidemment un deuxième apéro assistantes.

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • En première tribune pour le blog, j'ai eu envie de réfléchir sur quelque chose qui me taraude depuis que j'ai commencé à travailler.
    Entre les difficultés à s'insérer en étant jeune diplômés, les refus d'entretiens et l'indifférence dont on est victime malgré nos 5 ans d'études, il y a une belle crise d'ego à gérer du haut de nos 20, 23, 25 ans. Car on se dit "j'ai étudié, je me sens fière de moi" mais on constate vite que le marché du travail n'est pas prêt.
    Sans compter qu'en plus, nous ne possédons pas d'attributs masculins donc on peut s'asseoir sur nos 23% de salaire en moins et on ravale sa salive devant les remarques machos de son futur ex boss pendant nos premiers entretiens d'embauche. Passé ces premières difficultés, ce qui m'a le plus étonné, c'est le manque de reconnaissance du métier d'assistante (par assistante, j'entends au sens large, soit tous les métiers de l'assistanat quels qu'ils soient)...

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

    Je n'ai personnellement pas fait le choix de mon métier, c'est lui qui est venu vers moi après des mois de recherches infructueuses. Il m'a fallu le dompter et admettre que oui, je suis une "assistante". Car quand on évolue au milieu de personne dont les métiers sont considérés comme "classe" ou "vrai métier", celui d'assistante sonne un peu comme le "job par défaut". L'équation pour les gens c'est assistante = secrétaire = hôtesse d'accueil = fais le café.
    Je me suis demandé pourquoi, pourquoi ces boulots sont-ils vus comme des "déchets de métier" toujours liés à une femme forcément moins douée que les autres, blonde, mâchant un chewing-gum avec la voix de Florence Foresti et dont les principales activités seraient de sourire, faire le café et poster le courrier. Surtout que j'ai très vite compris que c'était loin d'être le cas.

    Foresti

    Ce dédain je l'ai vu envers moi mais aussi envers d'autres. Un peu comme ces gens qui jugent les caissières qui auraient raté leur vie car faisant un métier dégradant ou comme ces parents dont le leitmotiv depuis l'âge de 6 ans est " faut bien travailler à l'école et faire des études si tu veux pas devenir éboueur/caissier/vendeur" (posez ici votre métier de la honte).

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

    Le métier d'assistante ne déroge pas à cette règle. Peu considéré, parfois par sa propre famille ("tu as bac+5 et tu fais ça ?" "bon en fait tu prépares la table pour la réunion de ton patron" "bon au moins tes horaires sont cools"*) mais également par ses propres collègues qui aiment à se dire qu'ils te sont supérieurs et que forcément ils peuvent se donner le droit de te marcher dessus : te poser le courrier sans dire merci, te demander tout et n'importe quoi sans s'il vous plaît et parfois te glisser gentiment "en même temps c'est ton travail".
    Et le pire c'est que ce dédain existe entre assistantes ! Un peu comme pour le droit des femmes, les femmes peuvent être parfois bien plus machos et réactionnaires que les hommes.

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

    Ma question est simple : pourquoi ne peut-on pas voir le métier d'assistante au-delà de cet aspect que les gens considèrent dégradant ? La plupart des assistantes sont souvent chargée du développement, responsable juridique, responsable communication, responsable du recrutement....
    Bref sans elles rien ne tourne. Y'a qu'à voir lorsque une assistante est absente.... "Comment signe-t-on un recommandé ?" "J'ai besoin de poser un congé". "Ah bon faut que je réponde au tel pendant son absence ?"

    Ce que je souhaite aujourd'hui c'est de pouvoir reconsidérer ces métiers de l'assistanat quels qu'ils soient : d'hôtesse d'accueil à assistante de direction, de chargée de communication à assistante technique. Comprendre qu'au-delà de ce mot, parfois péjoratif, "d'assistant" nous faisons parfois bien plus que notre simple métier. 

    Évidemment je me dois de modérer mon propos. Les nouvelles générations que j'ai pu rencontrer, des patrons différents, des expériences que j'entends autour de moi, me donnent espoir qu'un jour on passera devant moi le matin sans me regarder comme le bout de viande sans cervelle de l'accueil.
    Qu'on puisse imposer nos règles et nos limites auprès de nos collaborateurs sans passer pour des chiennes de garde qui se doivent de rester à leur place.
    Car s'imposer ce n'est pas sortir de son cercle d'assistante c'est pouvoir dire non aux personnes qui abusent de nous soit disant parce que nous sommes assistantes.

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

    J'ai eu besoin de coucher ces mots car c'est un ressenti qui me suit au quotidien depuis que j'ai commencé à travailler. Je me suis rabaissée au point qu'en présentant mon métier à mes amis et ma famille je n'ai pas réussi à le valoriser, tellement persuadée qu'on allait me regarder avec ce petit air "mais c'est en attendant mieux hein ? "
    Jusqu'au moment où une personne m'a dit "les assistantes c'est simple, elles devraient être payées plus cher que les autres salariés, dans une société, sans elles, rien ne tourne".
    Et avec cette petite remarque, bah tu as envie de sourire et de revenir en boulot en te disant que ta chance c'est ne pas faire un mais plusieurs métiers et que c'est à toi de te convaincre que rien de ce que tu fais n'est dévalorisant. Il faut se dire qu'à notre échelle on fait tourner une société. 

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

    Et j'espère qu'un jour aussi, on pourra arrêter de parler de ce métier uniquement au féminin !

    Dites-vous que si vous êtes assistante c'est que quelque part il y a des assistés ! 

    Cachez cette assistante que je ne saurai voir

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • PURGENT Recrutement assistante AOoste temps-plein à pourvoir de toute urgence chez :

    Cabinet LEHOUX PHILY SAMAHA architectes
    9 rue des Pyramides - 75001 Paris

    Tâches principales : 

    • montage des dossiers concours
    • standard téléphonique


    Envoyez votre candidature à Christine COTTIN 
    c.cottin@lehoux-phily-samaha.fr

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Vous avez sûrement vu passer au détour d'une annonce la mention d'un DUME parmi les documents à fournir.
    Si vous aviez de la "chance", celui-ci était même fourni dans le DCE. Évidemment au format PDF, parce que la simplification c'est bien, mais il ne faudrait pas non plus exagérer.

    Le DUME, qu'est-ce que c'est ? À quoi ça sert ?

    Un DUME pour vous servir !DUME signifie Document Unique de Marchés Européens. Il s'agit d'une "déclaration sur l’honneur des opérateurs économiques servant de preuve a priori en lieu et place des certificats délivrés par des autorités publiques ou des tiers. Il vise à atténuer les lourdeurs administratives découlant de l’obligation de produire un nombre important de certificats ou d’autres documents en rapport avec les critères d’exclusion et de sélection."

    En résumé, un DC1-DC2-QCM sensé simplifier la partie administrative de nos candidatures, élaboré également dans un souci de dématérialisation.

    Initiative louable, mais ...

    En pratique :

    Première constatation... négative.
    Bien qu'entré en service en janvier, le DUME joue les mystérieux, et se procurer un exemplaire dans un format évitable relève du parcours du combattant. Pour nous, mais également pour les maîtres d'ouvrage, qui nous collent généralement un exemplaire PDF protégé estampillé "Draft" (= brouillon!).
    Forcément, cet exemplaire n'est pas complété... alors que les parties grisées devraient l'être ! 

    Un DUME pour vous servir !

    Soyons francs, on a autre chose à faire que de compléter les encadrés sur fond gris ! Quant à compléter les nôtres... s'il s'agit d'un PDF non modifiable qu'il fait compléter à la main, je vous mets au défi de caser toutes vos informations dan les {......} prévus à cet effet !

    Un DUME pour vous servir !

    Vous êtes l'auteur d'une infraction terroriste, de corruption, de blanchiment d'argent, ... ? Avouez ! Il vous faudra cocher "oui" (seulement si vous avez été inquiété pour ces faits, sinon chuuut !).

    Un DUME pour vous servir !

     

    Préparez-vous à un document de 23 pages aux informations empilées les unes sous les autres. Ce qui est sûr, c'est que la mise en page austère n'est pas des plus inspirantes et en frustrera certains.

    Les bonnes idées (parce qu'on ne va quand même pas faire que critiquer !) 

    La possibilité de mentionner des liens internet pointant directement vers les documents justificatifs... une belle avancée !

    Normalement, un DUME correctement renseigné serait quasiment le seul document à rendre :)

    Autre bon point, la possibilité de réutiliser un DUME. 

    Espérons que les maîtres d'ouvrage l'utilisent... et autrement qu'en nous collant un PDF inutilisable !

    Télécharger le DUME en PDF
    Télécharger le DUME en .odt


    Sur le même sujet :

    Le Moniteur : "Marchés publics, le DUME est sorti !"
    Le Moniteur : "Point de vue - Le Dume : un document (enfin!) unique pour accéder aux marchés publics"
    Ordre des architectes : "Dume : nouveau document de présentation des candidatures en marchés publics"

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Chères assistantes,

    J'aurai le plaisir de vous retrouver mardi 28 au Café A, au 148 rue du Faubourg Saint Martin, dans le 10ème.

    Apéro assistantesDirection La Havane au coeur de Paris !  Cette année encore, le Café A nous fait voyager sans quitter Paris en recréant un véritable quartier cubain.

    Si vous n'y êtes jamais allées, c'est l'occasion de repérer où se situent la Maison de l'Architecture et le CROAIF, où ont lieu les ateliers de l'organisation qui reprendront dès le 16 septembre prochain.

    L'occasion, surtout, de nous revoir ou nous rencontrer, et de tisser ensemble les liens d'un réseau d'assistantes d'architectes et de BET, comme le font déjà depuis 4 ans les chargés de communication du collectif Ni Vu Ni Connu.

    J'ai hâte d'échanger avec vous :)

    Partager via Gmail

    3 commentaires